Origine du projet
 

Dans le cadre d'un atelier facultatif (appelé comité shortcom), seize étudiant.e.s en 1ère année de formation à l'école supérieure des métiers de l’audiovisuel (Inasup-classe alpha) ont été chargé.e.s de réaliser un pilote de série TV dans un format court, en 3 épisodes entre janvier et avril 2021. Trois étudiant.e.s sont venu.e.s renforcer l'équipe afin d'élaborer la partie transmedia (contenu additionnel et making-of).

Une contrainte ? Un cahier des charges précis.

Le but ? Répondre à une commande de changement social.

Afin de placer les apprenant.e.s dans une démarche participative, la promotion classe alpha 2020-2021 a été sollicitée pour choisir une problématique sociale:  la santé mentale a été plébiscitée. Les objectifs pédagogiques de ce projet consistent à réaliser une fiction sous forme de vidéo (scénario, tournage, post-production).

La méthodologie reste semblable à ce que l’Inasup a l’habitude de développer en pédagogie de projet. De la pré à la post-production en passant par le tournage, les étapes sont restées identiques à celles d’un projet audiovisuel classique.

Aucune supervision technique n’a été apportée aux étudiant.e.s. Travail en groupe et auto-direction ont été favorisés afin que les apprenant.e.s s’approprient pleinement le projet afin de faire émerger leur pouvoir d'agir: l’empowerment.

Cette fiction reste un travail d’étudiant.e.s perfectible techniquement. Les versions ici présentées sont des prototypes qui illustrent une démarche innovante: l'entertainment education. 

Ce concept se définit comme une stratégie de communication qui incorpore de manière ciblée des problématiques éducatives et sociales dans le processus de création, de production et de diffusion d’un programme de divertissement, dans le but d’impulser des changements sociaux  parmi les usagers du média visé. 

La naissance de l’entertainment-education est liée à la curiosité d’un homme pour un programme à succès: Miguel Sabido. Producteur et metteur en scène venant du théâtre, Sabido est reconnu comme étant celui qui a théorisé l’entertainment-education après avoir étudié durant deux ans le succès d'une telenovela dans les années 70. De ces recherches, Sabido a tiré quatre théories fondatrices dont il s’est inspiré pour élaborer une méthodologie afin de concevoir des fictions mais aussi d’aider les professionnels des médias à s’emparer de la question de l’éducation pour le changement social. 

L’entertainment education est venu ajouter un partenariat actif avec des acteurs sociaux, présents également, pour certains, au moment de l’écriture notamment la Maison Perchée. 

L’association a joué un rôle de consultant pour être au plus près de la réalité de la thématique choisie. Les étudiant.e.s ont dû se conformer aux recommandations en particulier pour élaborer des personnages fictifs… mais vraisemblables.

Il.elle.s ont appris à être créatifs sous une certaine contrainte. Pour cela, Il.elle.s ont également procédé à un travail de recherche en profondeur d’enquêtes de type journalistique. L’ensemble des informations récoltées ont permis de constituer un support de base pour définir des objectifs sociaux afin de guider l’atelier d’écriture. 

La thématique de la santé mentale est sensible.

Il.elle.s ont été précautionneux sur la façon de l’aborder, d’autant que nous n’avions que 3 mois pour traiter l’ensemble des étapes de fabrication des épisodes. Pour respecter ces délais et ne pas nourrir des clichés, Il.elle.s se sont appuyés sur les récurrences observées dans les discours des acteurs sociaux, celles qui parmi eux faisaient l’unanimité. 

Il.elle.s ont repris durant les trois mois toutes les étapes selon la méthodologie Sabido

- La recherche formative
- L'élaboration d'objectifs sociaux
- L’écriture : personnages et intrigue 
- La validation du scénario par les partenaires
- La préparation du tournage

- Le tournage
- La post production
- Le test des épisodes sur une audience cible. 

Pitch de départ : Deux soeurs tentent de gravir les échelons au sein d'une webTV, l'une est productrice, l'autre chroniqueuse.